Geneve

Suggestions

La rédaction vous propose

Nos abonnés ont aimé

Actualités

La une

Genève

Coronavirus

Culture

Monde

Suisse

Économie

Opinion

Multimédia

Sports

Santé

Environnement

Gastronomie

Les Blogs

Savoirs

Mobilités

People

Portraits

Le Matin Dimanche

Le Matin Dimanche

Services

Club

E-paper

E-paper (App)

Archives du journal

Newsletter

Sorties

Programme de cinéma

Météo

Abonnements

Femina

Bilan

Zattoo Player

Décès

Cercle des lecteurs

Marketplace

TG emploi

Points annonces

Données médias

Publicité

Suppléments

Immo

Actu genevoise Votations genevoisesCommunesPrix d'architectureFaits diversGrand GenèveGenève internationaleHerrmannL'encre bleue

Université de Genève et HES-SO GELe repas à 3 francs ne passe pas, celui à 5 francs, oui

Un crédit supplémentaire a été validé afin de financer ces plats à petits prix pour les étudiants.

Lorraine Fasler

Occupation de la cafétéria d’Uni Mail le 5 novembre 2021 par des étudiants pour des repas à 3 francs.

LAURENT GUIRAUD

C’est confirmé. Une offre de repas «Fourchette verte» à 5 francs sera bien proposée dès le 6 décembre 2021 aux étudiantes et étudiants de l’UNIGE et de la HES-SO Genève.

Le Conseil d’État, qui refusait l’«arrosage systématique» de l’ensemble des élèves, accepte de subventionner ces assiettes à hauteur de 3 fr. 90, si tant est qu’un suivi par QR code soit assuré, comme le proposaient les hautes écoles.

Suite après la publicité
«Les repas à cinq francs seront proposés à toutes et tous les étudiant-es de l’UNIGE et de la HES-SO Genève sans critères financiers.»
Marco Cattaneo, directeur de la communication de l’UNIGE

«Les repas à cinq francs seront proposés à toutes et tous les étudiant-es de l’UNIGE et de la HES-SO Genève sans critères financiers, précise Marco Cattaneo, directeur de la communication de l’UNIGE. Ils et elles devront simplement attester de leur qualité d’étudiant-es.»

L’Exécutif répondait mercredi à la motion 2772 qui avait été acceptée suite à un vote sur le siège le 2 juillet dernier (avec 50 voix favorables contre 34 refus). Auteure de la motion, la députée socialiste Jennifer Conti se dit satisfaite de l’annonce du jour. «C’est une très bonne nouvelle pour les étudiants et étudiantes de l’Université et des HES-SO GE. Ce n’est pas l’offre à 3 francs, mais c’est un bon compromis!»

Durant deux semaines, des membres de la faîtière des associations d’étudiants, la CUAE, avaient occupé la cafétéria d’Uni Mail pour réclamer le retour des repas à 3 francs proposés durant deux mois au semestre passé. Les occupants ont levé le camp le 15 novembre une fois «rassurés» par le rectorat.

Subvention octroyée

Pour financer ces potentiels 25 000 repas, le Conseil d’Etat indique qu’un crédit supplémentaire sera accordé à l’Université, d’un montant de 975 000 francs, afin que ces plats soient disponibles jusqu’à septembre 2022. En effet, à la rentrée prochaine, l’Université de Genève s’est déjà engagée à proposer, à ses frais et suite à des concertations avec les prestataires des cafétérias, des repas à 5 francs et ce, de manière pérenne.

«Nous sommes satisfaits pour nos étudiant-e-s qui, comme celles et ceux de l’université, souffrent de la précarité et des difficultés financières», réagit Aline Yazgi , responsable communication pour les HES-SO Genève.

Du côté de l’UNIGE on salue «un énorme plus pour la communauté étudiante toute entière. Cette offre répond non seulement à la précarité financière qui frappe de nombreux/euses étudiant-es, mais aussi au besoin de renouer des liens, de densifier une vie sociale durement atteinte par la crise du coronavirus et par le passage à l’enseignement intégralement à distance pendant de nombreux mois.»

QR Code demandé

Une application web est en phase finale de développement à l’UNIGE, comme moyen de contrôle.

«Accessible depuis un smartphone ou un ordinateur, elle permettra aux étudiant-es de se connecter et d’afficher un code QR personnel, non-transmissible et valable une fois par jour. Ce code pourra également être imprimé par celles et ceux qui ne disposeraient pas d’un smartphone. Le code QR sera ensuite lu en caisse grâce à une application disponible uniquement pour le personnel des cafétérias, avec une procédure d’installation sécurisée. Cette application renverra uniquement l’information « valable » ou non», indique Marco Cattaneo.